Liberté ! Bordeaux 2019
Du siècle des Lumières à l’esprit océan.

Après les « Paysages » explorés au travers de la saison culturelle 2017, initiée à l’occasion de l’arrivée de la ligne à grande vitesse, Bordeaux et son territoire se rassemblent autour d’une nouvelle saison culturelle dédiée à la Liberté ! Visiteurs et habitants sont invités à effectuer un voyage dans l’Histoire des idées (à travers la philosophie des Lumières) et vers le fleuve et l’océan. Cette thématique résonne avec la longue histoire de la capitale girondine mais également avec les temps que nous vivons. Bordeaux a toujours aimé la liberté, comme s’il demeurait dans l’inconscient collectif de lointaines traces de la « décennie d’or » (1362-1372) quand, principauté indépendante, elle a son gouvernement. Bordeaux vit naître et se donna ensuite pour Maire le modèle de liberté intérieure le plus célèbre du monde : Montaigne. Puis Montesquieu écrivit depuis Bordeaux les plus beaux textes fondateurs d’une démocratie qui protège les libertés ; tout le Bordeaux du XVIIIe siècle est d’ailleurs, dans son architecture et son urbanisme, inspiré de l’esprit des Lumières. Et aujourd’hui encore circule un air de liberté, peut-être celui du grand large si proche. Bordeaux va ainsi hisser haut les voiles de la Liberté ! Suivant la ligne Atlantique, travaillant les échos entre Bordeaux et le territoire maritime, une centaine de propositions artistiques pluridisciplinaires égrènent du 20 juin au 20 août 2019 ce périple onirique, porté à l’unisson par l’ensemble des acteurs culturels du territoire. Jouant à nouveau sur la présence d’œuvres fortes et singulières dans l’espace public, la découverte de nouveaux lieux mettant en dialogue formes contemporaines et patrimoine, le programme déploie des itinéraires insolites dans la ville et sur le territoire métropolitain dédiés à tous les publics. Bordeaux a trouvé son temps fort culturel conjuguant, en format biennal, excellence et accessibilité. Belle saison « Liberté ! Bordeaux 2019 » à tous !

Nicolas Florian
Maire de Bordeaux, Vice-Président de Bordeaux Métropole, Conseiller Régional

Lancée au moment des festivités de la fête du fleuve, l’édition 2019 de l’Eté métropolitain fait vibrer l’ensemble de l’agglomération aux couleurs de la liberté ! C’est l’air encore empreint des embruns maritimes et de l’estuaire que la Métropole propose de robinsonner tout l’été, à travers des lieux remarquables ou insolites du territoire, en plein jour ou sous les étoiles, en compagnie d’artistes issus de tous les champs de la création artistique. À la manière de l’emblématique Refuge périurbain du Nuage, posé tel un geste manifeste sur les quais au moment de la fête du fleuve, l’Été métropolitain s’associe à la saison culturelle pour porter haut les accents d’un art rafraîchissant qui s’immisce souvent où on ne l’attend pas et convie le public à plus de 200 rendez-vous artistiques, gratuits dans leur grande majorité. Très bel été à toutes et tous, sous la bannière de la liberté !

Patrick Bobet
Président de Bordeaux Métropole

GONZALO BORONDO
MERCI

L’extraordinaire temple des Chartrons, édifice patrimonial classé construit en 1810 par la congrégation protestante, sert d’écrin à l’un des projets les plus singuliers de la saison, vaste cosmologie immersive invitant le public à pénétrer dans l’univers empreint des notions d’espace et de temps, d’une incroyable puissance poétique et sensible de Gonzalo Borondo. L’artiste cherche en effet dans chaque lieu à combiner des détails du décor naturel avec son travail. Ainsi, une fenêtre, une porte, un vitrail peuvent relier deux univers, le réel et le poétique qui émergent à partir de sensations, d’histoires et de matériaux trouvés sur place, comme une résonance profonde résumée par son credo : « nous ne voyons qu’une petite part de la réalité, mais ce que nous ne voyons pas fait que notre réalité existe ». Réalisée après plusieurs mois de résidence dans le lieu, l’œuvre in situ de l’artiste espagnol Gonzalo Borondo prend place dans un espace qui rouvre au public après des décennies de fermeture.

Si le paysage correspond à l’étendue de nature que couvre notre regard, existe-t-il un paysage en dehors de notre entendement?
L’exposition Merci est une proposition immersive qui questionne notre rapport complexe et contradictoire à la nature, à travers un déplacement du végétal au sein de l’espace symbolique du temple des Chartrons.
Gonzalo Borondo confronte les résonnances psychologiques du temple, construit en 1832 et fermé depuis 50 ans, à l’introduction, la sanctuarisation et aussi le sacrifice des plantes, dont la lente transformation est partie intégrante du spectacle. Le temps suspendu devient cyclique, sensible, imperceptible et multiple. À travers une série de juxtapositions d’images vidéo, de peinture, de jeux de perspective et de changements d’échelles spatiales et temporelles, un parcours à la fois sensoriel et métaphysique empêche une lecture unique. Ainsi, ce rapport conflictuel se présente non pas en opposition mais comme la possibilité d’une rencontre, d’un équilibre, à condition de déplacer notre regard sur l’environnement.

Bientôt le Temple ouvrira ses portes.

© Matteo Berardone

Né en 1989 en Espagne, Gonzalo Borondo allie de manière exceptionnelle les techniques du graffiti et de la peinture classique. Après une formation académique aux Beaux-Arts, il passe une année à Rome. À son retour à Madrid, il cherche à casser les codes traditionnels de l’art urbain, s’éloigne aussi de la culture pop et propose une nouvelle vision du genre. Le Madrilène qui maîtrise à la perfection les techniques de peinture à l’aérosol et au rouleau gratte aussi les vitrines délaissées des commerces qui se vident petit à petit et scrute ce qui se passe à l’intérieur. Côté rue, sa large palette lui permet de donner forme à des visions puissantes, semblant surgir d’un passé immémorial. Côté galeries, à la routine commerciale il préfère imaginer des formes alternatives. Ce qu’il a fait en 2015 à Londres avec l’exposition « Animal », puis à Marseille en 2018 dans le cadre singulier et poétique du marché aux puces avec « Matière noire », sa plus grande exposition à ce jour.

INFOS PRATIQUES

  • du 26 juin au 18 août 2019
    11h-18h du mardi au vendredi
    11h-19h du samedi au dimanche

  • Temple des Chartrons
    Rue Notre Dame
    33000 Bordeaux

  • Tram B / Arrêt « CAPC Musée d’art contemporain »
    Tram C / Arrêt « Paul Doumer »

  • Parking le plus proche
    Parking Allées de Chartres

partager ce projet