Liberté ! Bordeaux 2019
Du siècle des Lumières à l’esprit océan.

Après les « Paysages » explorés au travers de la saison culturelle 2017, initiée à l’occasion de l’arrivée de la ligne à grande vitesse, Bordeaux et son territoire se rassemblent autour d’une nouvelle saison culturelle dédiée à la Liberté ! Visiteurs et habitants sont invités à effectuer un voyage dans l’Histoire des idées (à travers la philosophie des Lumières) et vers le fleuve et l’océan. Cette thématique résonne avec la longue histoire de la capitale girondine mais également avec les temps que nous vivons. Bordeaux a toujours aimé la liberté, comme s’il demeurait dans l’inconscient collectif de lointaines traces de la « décennie d’or » (1362-1372) quand, principauté indépendante, elle a son gouvernement. Bordeaux vit naître et se donna ensuite pour Maire le modèle de liberté intérieure le plus célèbre du monde : Montaigne. Puis Montesquieu écrivit depuis Bordeaux les plus beaux textes fondateurs d’une démocratie qui protège les libertés ; tout le Bordeaux du XVIIIe siècle est d’ailleurs, dans son architecture et son urbanisme, inspiré de l’esprit des Lumières. Et aujourd’hui encore circule un air de liberté, peut-être celui du grand large si proche. Bordeaux va ainsi hisser haut les voiles de la Liberté ! Suivant la ligne Atlantique, travaillant les échos entre Bordeaux et le territoire maritime, une centaine de propositions artistiques pluridisciplinaires égrènent du 20 juin au 20 août 2019 ce périple onirique, porté à l’unisson par l’ensemble des acteurs culturels du territoire. Jouant à nouveau sur la présence d’œuvres fortes et singulières dans l’espace public, la découverte de nouveaux lieux mettant en dialogue formes contemporaines et patrimoine, le programme déploie des itinéraires insolites dans la ville et sur le territoire métropolitain dédiés à tous les publics. Bordeaux a trouvé son temps fort culturel conjuguant, en format biennal, excellence et accessibilité. Belle saison « Liberté ! Bordeaux 2019 » à tous !

Nicolas Florian
Maire de Bordeaux, Vice-Président de Bordeaux Métropole, Conseiller Régional

Lancée au moment des festivités de la fête du fleuve, l’édition 2019 de l’Eté métropolitain fait vibrer l’ensemble de l’agglomération aux couleurs de la liberté ! C’est l’air encore empreint des embruns maritimes et de l’estuaire que la Métropole propose de robinsonner tout l’été, à travers des lieux remarquables ou insolites du territoire, en plein jour ou sous les étoiles, en compagnie d’artistes issus de tous les champs de la création artistique. À la manière de l’emblématique Refuge périurbain du Nuage, posé tel un geste manifeste sur les quais au moment de la fête du fleuve, l’Été métropolitain s’associe à la saison culturelle pour porter haut les accents d’un art rafraîchissant qui s’immisce souvent où on ne l’attend pas et convie le public à plus de 200 rendez-vous artistiques, gratuits dans leur grande majorité. Très bel été à toutes et tous, sous la bannière de la liberté !

Patrick Bobet
Président de Bordeaux Métropole

Histoire de l’art
cherche personnages…

Le CAPC s’associe à la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image (CIBDI) d’Angoulême et son musée, ainsi qu’à la Fondation Gandur pour l’Art de Genève, afin de concevoir une ambitieuse exposition collective autour de la figuration narrative, de la bande dessinée et de l’art contemporain, en puisant (mais sans s’y limiter) dans leurs fonds respectifs.

Les œuvres majeures de la Fondation Gandur pour l’Art issues de la figuration narrative, des peintures des années 1960-70 de Valério Adami, Gilles Aillaud ou encore Peter Stämpfli, côtoieront ainsi des œuvres originales (planches, romans graphiques mais aussi vidéos et installations) d’auteurs, de scénaristes, de dessinateurs contemporains, complétées d’œuvres choisies de la collection du CAPC, le tout dans un parcours thématique à la scénographie originale. Les enjeux de ce projet commun sont, entre autres, de questionner les changements majeurs et les accomplissements survenus dans les arts figuratifs depuis la fin des années 1960 en tentant d’identifier ce que pourrait être la « figuration narrative » d’aujourd’hui. Comment les auteurs repensent-ils la question de la narration ou celle de la critique sociale ? Comment investissent-ils un champ du réel que les bouleversements sociaux, économiques, géopolitiques et technologiques ont entièrement chamboulé ?

En partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Angoulême et la Fondation Gandur pour l’Art, Genève

INFOS PRATIQUES

  • du 20/06/2019 au 02/02/2020

  • CAPC – Musée d’art contemporain
    7 Rue Ferrere
    33000 Bordeaux

  • Tram B / Arrêt « CAPC Musée d’Art Contemporain »

  • Parking le plus proche 
    Parking souterrain 3 Quai Louis XVIII
    Parking Tourny

partager ce projet